Close

Justice et prisons guinéennes : corruption, règlements de comptes,  abus de confiance….

7 juin 2018 Société

La justice guinéenne est pointée du doigt dans la libération de plusieurs militaires radiés de l’effectif de l’armée, lesquels étaient pourtant poursuivis pour ‘’association de malfaiteurs, vol à main armée, coupeurs de route’’. Depuis, des langues continuent à se délier à ce sujet, faisant état de nouvelles révélations.
Enquêtes.
Parmi ces militaires délinquants radiés des effectifs de l’armée guinéenne figure l’ex-adjudant Abdoulaye Manet. Celui-ci a été arrêté   le 02 mai dernier à Guéké vers la frontière guinéo-libérienne. Pour sa défense, l’adjudant Manet charge le gardien-chef de la prison civile de Kindia, qu’Il accuse d’avoir été complice pour l’aider à recouvrer sa liberté moyennant une somme de 15 millions de francs guinéens.
Interrogé sur la façon dont il a bénéficié d’une liberté alors même qu’il n’avait pas encore fini de purger sa peine de prison, ayant été condamné à dix (10) ans de prison ferme, l’ex-militaire Abdoulaye Manet aurait avoué devant les officiers enquêteurs  de la gendarmerie mobile N’3 de Matam,  qu’il avait conclu un accord avec le gardien de la prison civile de Kindia, un certain Momo, à qui il dit avoir versé quinze (15) millions fg pour préparer son évasion à la prison civile susmentionnée de.  Plus loin, Manet accuse le gardien-chef d’avoir effectué plusieurs opérations de vols à mains armées avec lui. Hier mercredi 06 juin, la gendarmerie nationale a procédé à l’arrestation du gardien-chef Momo  pour des fins d’enquête.
Votre quotidien d’information et d’investigation dépêcheguinee qui avait révélé l’information relative à la libération des ces militaires, a poussé ses investigations pour tirer au claire cette affaire qu’il s’était d’ailleurs fait largement échos.
Comment l’Adjt Abdoulaye Manet a été libéré ? 
D’après nos sources, Abdoulaye Manet a été bel et bien libéré par la justice. Contrairement aux moult supputations.
 » j’étais à la prison civile de  Kindia quand j’ai reçu l’acte de libération de Abdoulaye Manet signé le 25 janvier 2011 par la procureure Aïssatou Siradjo Diallo,  procureure générale près le Tribunal de première Instance de Kindia.   J’ai exécuté l’ordonnance de la justice. Parce que je suis un simple gardien », se justifie Momo Sylla, gardien-chef de la prison  civile de Kindia.
Après cette mise en liberté, le ministre de la Justice, Garde des sceaux d’alors Me Christian Sow avait convoqué la procureure Aïssatou Siradjio pour des fins d’explications avant d’écoper d’une suspension de trois (3 ) mois. Dans le même acte, le ministre a jugé nécessaire de destituer la Procureure corrompue.
Pourquoi accuser le gardien chef Momo Sylla ?
Nous avons chercher à savoir pourquoi le présumé Abdoulaye Manet accuse de façon flagrante le gardien chef Momo Sylla, pour sa libération et complicité de vol. Selon une source carcérale , Manet avait effectivement contacté Momo Sylla pour son évasion.
« Je suis témoin du jour où Manet avait versé la somme de 15 millions de francs guinéen à Momo Sylla. C’était dans ma cellule pour l’aider à  sortir de prison. Mais au fil du temps, Manet à compris que Momo a  juste encaissé l’argent sans faire ce qu’il devait faire. C’est ainsi que Manet a cherché de l’argent pour payer sa libération avec d’autres personnes », nous confie un détenu sous l’anonymat.  Et de poursuivre :
« je suis en jeûne, je ne peux pas accuser quelqu’un gratuitement. Momo n’a rien à avoir dans la libération de Manet. Il veut juste se venger de Momo en l’accusant de complicité de vol. Momo n’est pas de ce genre, c’est une vengeance due au fait Momo lui ait pris de l’argent sans être parvenu à le faire libéré «  soutient ce détenu.
Contacté par notre rédaction, le gardien-chef des prisons rejette en bloc cette accusation.
« Je n’ai reçu aucun franc des mains de Manet pour quoi que ça soit. Je ne peux pas prendre l’argent d’un bandit pour le libérer, parce que je n’en ai aucun pouvoir. C’est la justice qui nous confie les bandits, c’est la justice qui les libère », se défend M. Sylla.
Au demeurant, l’un des régisseurs de la prison se dit très inquiet de la façon dont les bandits accusent banalement les pénitentiaires. Selon lui,  c’est la garde pénitentiaire qui empêche les bandits de s’évader. Donc, les bandits ne peuvent pas les aimer. C’est pourquoi  il demande la protection de la garde pénitentiaire.
Pour l’heure, le gardien-chef Momo Sylla est toujours détenu à la gendarmerie mobile N•3 de Matam pour des fins d’enquête.

Abdoul Latif Diallo

Papier de libération de Abdoulaye Manet signé par la procureure Aïssatou Siradjo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *