Close

Opinion : Diaraye BALDE, le silence coupable ! (Par Simley)

20 mai 2018 Tribune Libre

Dans un précédent article sur cette triste affaire, nous parlions de la frilosité de la justice. Nous réitérons et maintenons notre position dans la mesure où la justice n’a pas été assez diligente mais plutôt réactive.
Quand nous apprenons l’arrestation et le placement sous mandat de dépôt de M. Mamadou Oury Baldé, Pdg D’ESMUG sécurité, en réaction à des cris d’alarme de la presse et les institutions de doits humains, nous appelons cela une procédure boiteuse. Puisque la loi voudrait que « toute personne a le droit, dans une procédure judiciaire, à ce que sa cause soit traitée dans un délai raisonnable ».
La célérité est entendue non pas comme synonyme d’urgence ou de précipitation, mais de rapidité maîtrisée au service de l’effectivité et de la qualité de la justice. Le terme ‘’célérité’ n’est pas exprimé en tant que tel dans les textes mais il se retrouve à travers la notion de délai raisonnable. Le délai raisonnable est le temps utile dévolu à une juridiction pour rendre sa décision en prenant en compte les particularités de l’affaire( Diaraye BALDE étant enceinte de 7 mois ). Dans un but de bonne administration de la justice, l’obligation du délai raisonnable permet de lutter contre la lenteur de la procédure. L’exigence de célérité est issue du droit international et se retrouve en droit interne.
Venons-en à Diaraye Balde, accusée d’un côté de commanditer un vol au domicile familial, et victime d’abus sexuel et de viol « présumé  » d’un autre .
Elle dit avoir été victime d’abus sexuel et de viol pendant plusieurs années. Plusieurs années,dit-elle ? Elle n’était pourtant pas enfermée dans une cave, elle avait des fréquentations bien-sûr, allait à l’école puisqu’elle est déjà étudiante à l’université . N’était-elle pas consentante de cette relation incestueuse qu’elle entretenait avec sieur BALDE? Ne pouvait -elle pas en parler à sa tante, à son entourage, ses amies ou dénoncer à la police ?
Si l’on prend en compte l’élément moral du viol, l’infraction pourrait être écartée, puisque l’infraction de viol suppose chez l’auteur une intention coupable, c’est-à-dire la volonté et la conscience d’imposer à la victime un acte de pénétration sexuelle sans son consentement.
La raison qui a poussé l’auteur à agir (le mobile), importe peu. Le contentement de Diaraye va être déterminant pour la suite, par ce qu’elle déterminera s’il y’a eu viol ou nom. On peut tout de même nous rabattre sur l’abus sexuel qui est un « geste posé par une personne donnant ou recherchant une stimulation sexuelle non appropriée quant à l’âge et au niveau de développement de l’enfant ou de l’adolescent, portant ainsi atteinte à son intégrité corporelle ou psychique, alors que l’abuseur a un lien de consanguinité avec la victime ou qu’il est en position de responsabilité, d’autorité ou de domination avec elle》. Reste a déterminer là aussi , si elle subit ces actes depuis qu’elle est mineure ( aujourd’hui âgée de 20 ans )
Nous pouvons aller plus loin et ainsi dire que l’élément déclencheur de cette relation secrète est la grossesse de Diaraye. Quand on se réfère au délai de détention et sa grossesse, nous contactons qu’ils tournent au tour de sept (7 ) mois.
Interrogé sur l’affaire, le je juriste Mohamed Karamoko Touré résume l’histoire comme suit  » Diaraye tombe enceinte, elle menace son oncle de révéler au grand public, ne voulant pas que ça soit le cas , Monsieur BALDE monte un braquage contre lui-même au domicile familial et accuse Diaraye d’être complice, sa femme ne voulant pas avoir honte, soutien son mari et cache aux autres membres de la famille la véritable histoire  » . Cette thèse de montage peut être retenu étant donné que M. Mamadou Oury Baldé est PDG d’une société de surveillance et de gardiennage.

Pour l’heure nous attendons la procédure suivre son cours, car Victor Hugo disait :
«La loi ignore presque le droit. Il y a d’un côté la pénalité, de l’autre l’humanité. Les philosophes protestent ; mais il se passera du temps avant que la justice des hommes ait fait sa jonction avec la justice»
(Par Simley)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *